LAURA TOILETTAGE

147, Route de Colmar
68040 Ingersheim

Travail de toilettage - Laura Toilettage à Colmar, Ingersheim

 

 

Travail de toilettage

 

Le client veut retrouver son chien propre et beau.

 

Les chiens, surtout certaines races comme les caniches, ont besoin d’un entretien régulier. Leur fourrure, en perpétuel renouvellement, doit être coupée afin d’éviter que ne se forment des noeuds qui, en tirant la peau, feraient souffrir l’animal.

 

Autre avantage du toilettage :

Le lavage antiparasitaire. Les tiques, les poux, les puces et les mycoses, s’ils ne sont pas agréables pour l’homme et même dangereux, ne le sont pas moins pour notre chien ou notre chat.

 

Un animal, comme un être humain, a besoin de se sentir bien dans sa peau. Ces mesures d’hygiène sont absolument nécessaires pour beaucoup d’animaux qui sont en contact avec des enfants ou qui dorment dans la chambre (parfois sur le lit) de leurs maîtres.

 

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la clientèle n’est pas composée uniquement de gens aisés.

 

Aujourd’hui, le chien fait partie intégrante de la famille. Il est fidèle, l’homme apprécie de plus en plus sa compagnie. Pour un enfant, cela peut aider à un certain équilibre, car il a parfois besoin d’avoir à ses côtés un ami à quatre pattes.

 

L’homme, aujourd’hui n’a plus le temps de se consacrer à son chien comme il y a quelques années. Il confiera son animal à des spécialistes. Les soins durent en général entre une heure trente et deux heures si le toiletteur a pour habitude de soigner son travail et parfois plus longtemps selon les races et le travail à exécuter. Les toiletteurs ont longtemps été surnommés, de façon méprisante, " les tondeurs" de chiens. Le métier change car les toiletteurs doivent suivre l’évolution des mentalités à l’égard des animaux. Aujourd’hui, un toiletteur doit savoir manier les ciseaux avec art, user du brushing et peaufiner les coupes avec patience.

 

Les clients, de plus en plus (en dehors des mois d’été où ils demandent des coupes courtes), aiment les jolies coupes. Le toiletteur n’a pas le droit de décevoir, ni le maître ni l’animal.

 

Les grands chiens réclament aussi en entretien régulier. Certaines personnes les amènent une fois par semaine pour un brossage/démêlage et une fois tous les deux mois pour un shampooing.

 

Dans certains salons on y toilette également les chats, mais il faut reconnaître que le travail est très différent et beaucoup de toiletteurs n'ont malheureusement pas été formés pour toiletter les chats.

 

Le toilettage d’hiver est très important.

Un toiletteur qui parvient à faire comprendre cela à sa clientèle est assuré de travailler même en période creuse. Durant la période d‘hiver, les maîtres ont tendance à négliger leur chien sous prétexte que celui-ci prendra froid après le toilettage.

 

Il faut savoir que le chien secrète sous sa fourrure une substance qui le protège du froid. C’est en hiver que les bourres se forment, si le chien n’est pas entretenu, c’est à plus ou moins long terme, un eczéma garanti et une tonte au printemps.

 

Lorsque l’on toilette, on travaille avec son coeur.

Il faut aimer le chien, mais aussi savoir écouter le maître qui vous racontera tout de son compagnon préféré ; sa naissance, sa vie, ses petits bobos, ses premières chaleurs etc…

 

Nous qui aimons les chiens et les chats que nous toilettons, la mort de l’un d’entre eux nous touche énormément. Non seulement par sa perte, mais aussi par la disparition d’un être que nous avions eu entre nos mains depuis des années, que nous avons vu vieillir, qui avait peut-être peur des premiers toilettages et qui, par la suite, nous faisait des lèchettes, content de nous retrouver.

 

Les clients choisissent leur toiletteur par le " bouche à oreille ".

La réputation d’un bon toilettage se fait par la qualité du travail, la propreté du salon et le travail visible.

 

La disponibilité pour répondre aux problèmes et aux questions des maîtres est toute aussi importante.

 

Le toiletteur doit être un conseiller.

Mais attention ! Le toiletteur n’est pas un vétérinaire, il est comme le pharmacien qui oriente le malade vers son médecin. 


Retour